Horace et la légitimation de la lyrique comme poésie civique