De la métaphysique à la physique: un parcours à rebours?